NOTRE HISTOIRE

En 2023, la Société de Saint-Vincent-de-Paul fêtera ses 190 ans au service des plus pauvres !


Fondée en 1833 par Frédéric Ozanam, la Société de Saint-Vincent-de-Paul est une association reconnue d’utilité publique, admise comme Organisation Non Gouvernementale (ONG) à statut consultatif auprès du conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) depuis 2011. L’ONG vit essentiellement de dons. Portée par un solide réseau de bénévoles, sa mission est de venir en aide aux personnes seules et démunies.

A la SSVP, nous sommes convaincus qu’il est possible de vaincre la pauvreté grâce à une charité de proximité. Mais cette charité ne peut prendre corps que si des habitants d’un même quartier, les chrétiens d’une même paroisse se rassemblent pour servir ensemble leurs frères dans le besoin. C’est de cette conviction que sont nées et naissent encore aujourd’hui les « conférences » de bénévoles de la Société de Saint-Vincent-de-Paul.

Aujourd’hui, 800 000 bénévoles agissent dans près de 150 pays, dont 17 000 repartis dans plus de 1 000 conférences en France.

La charité de proximité est le coeur d’action de la SSVP. Nos bénévoles interviennent près de chez eux, dans leurs villes ou communes, pour venir en aide à ceux qui connaissent la solitude. Nos actions sont simples et discrètes, mais elles répondent à un toujours à un besoin local.


Le service des plus pauvres ne peut se faire sans l’amour du prochain. Soutenir celui qui souffre exige un profond respect de la personne humaine et une compassion véritable. L’association est placée sous le patronage de Saint Vincent-de-Paul et les bénévoles agissent dans l’esprit de spiritualité vincentienne. La prière et la Foi sont l’origine de leur engagement au service des plus démunis.

 

« Si je n’ai pas la charité, je ne suis plus qu’airain qui raisonne, cymbale qui retentit » (1 Co 12).

 

En 1882, à une époque où de nombreux foyers souffrent du manque d’hygiène et de conditions de vie difficiles, une épidémie de choléra touche la France et fait 100 000 victimes.

C’est dans ce contexte d'épidémie que la Société de Saint-Vincent-de-Paul est fondée, par un groupe d’étudiants en Sorbonne regroupés autour de Frédéric Ozanam. Celui-ci a l’idée de créer un groupe de jeunes catholiques « composée de braves et pieux amis, qui joignent les œuvres à la parole et ainsi affirment la vérité de leur foi par les œuvres ». Ce sera une Conférence de charité (sur le principe de la Conférence d’histoire qui rassemble de nombreux étudiants).

        

Ce petit groupe se réunit, sans doute le 23 avril 1833 (20e anniversaire de Frédéric Ozanam) près de l’église Saint-Sulpice, sous la présidence d’un homme très connu : Emmanuel Bailly. Avec l’aide de sœur Rosalie Rendu, fille de la Charité, les étudiants concrétisent leur projet. Très vite, il se place sous le patronage de saint Vincent de Paul (1581-1660), apôtre de la charité du XIXe siècle, vénéré dans toutes les couches de la société.

 

Un développement considérable

Très vite, le groupe prend son essor avec pour une double priorité : la visite des personnes et familles pauvres de Paris, et la vie spirituelle des membres. La petite Conférence d’origine, devenue Société de Saint-Vincent-de-Paul, s’implante dans de nombreuses régions de France mais aussi à l’étranger.

En 1853, quand Ozanam meurt, elle est présente dans 29 pays et dans plus de 900 localités en France et dans les colonies françaises. En 1909, une branche féminine, le mouvement des « Louise de Marillac » est créé. Il a la même vocation que les Conférences Saint-Vincent-de-Paul. Ce mouvement fusionnera avec la Société de Saint-Vincent-de-Paul en mars 1969.

 

Qu’en est-il en 2020 ?

La SSVP a connu de nombreuses vicissitudes au long de ces presque 180 ans d’existence (guerres mondiales, dictatures, pays encore interdits...). Mais on dénombre aujourd'hui 1 000 Conférences en France et plus de 40 000 dans 148 pays où la Société est présente.

800 000 membres, hommes et femmes, poursuivent activement leur mission, voulant accomplir le souhait de leur Bienheureux fondateur :

" Je voudrais enserrer le monde dans un réseau de charité. "